Logo Groupe S impression
NL|FR|EN
Identification
        
Travailler comme indépendant complémentaire

27-03-2017

 

Il y a de plus en plus d’indépendants en Belgique et tous ne le sont pas à plein temps. Certains optent pour le statut d’indépendant complémentaire qui permet à chacun d’entreprendre tout en limitant les risques.

L’indépendant à titre complémentaire  est celui qui exerce une autre activité (en tant que salarié ou fonctionnaire) qui le couvre dans un autre régime de sécurité sociale. Il est donc déjà couvert socialement mais surtout il dispose d’un revenu fixe. Il peut donc développer son activité indépendante sans avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête…

Qui peut devenir indépendant complémentaire ?

Toute personne qui travaille dans le secteur privé suivant un horaire équivalent au minimum à un mi-temps peut prétendre au statut d’indépendant complémentaire. Un travailleur du secteur public peut également avoir une activité d’indépendant complémentaire à deux conditions : travailler au moins 8 mois ou 200 jours/an dans les services publics et ce, au minimum à mi-temps.

Un enseignant peut-il être indépendant complémentaire ?

Oui si son horaire de cours équivaut au minimum à 6/10ème d’un horaire complet. Une activité indépendante peut également être exercée à titre complémentaire quand l’indépendant bénéficie d’une indemnité sociale, comme par exemple une indemnité d’assurance maladie ou encore une indemnité de chômage. Seul l’organisme de paiement peut vous donner les conseils nécessaires pour continuer votre activité d’indépendant complémentaire. Ce qui sous-entend que cette dernière doit avoir débuté avant la perception d’une telle indemnité.

Quelle est la différence entre un indépendant à titre principal et un indépendant à titre complémentaire ?

En Belgique, nous ne connaissons que des « indépendants », sans plus.  Tout indépendant est soumis aux mêmes règles (BCE, TVA, …). Le terme « complémentaire » joue uniquement sur le montant des cotisations sociales et sur les couvertures sociales. Dans ce cas, l’indépendant complémentaire paiera des cotisations sociales réduites.

Et quelles sont les formalités à accomplir ?

Il faut se rendre dans un guichet d’entreprises où, après vérification de vos accès à la profession, on procédera à :

  • votre inscription à la Banque-Carrefour des entreprises ;
  • la création de votre numéro d’entreprise dans lequel se trouveront toutes les données relatives à votre activité ;
  • l’identification à la TVA ;
  • votre affiliation à la Caisse d’assurances sociales pour indépendants.

 En deux temps trois mouvements, vous voilà indépendant !

Le nerf de la guerre, c’est toujours l’aspect financier.  Cela coûte combien tout cela ?

Pour les formalités de départ, vous devez compter 85,50 € pour l’inscription à la BCE et 60,50 € pour l’immatriculation à la TVA. Bref, un montant de 150 € pour commencer ! Après, il vous faudra payer trimestriellement des cotisations sociales équivalent à 20,5 % du revenu annuel net. Ces cotisations sont des frais entièrement déductibles.

  
Plan du site | Conditions d'utilisation | Vie privée | Contacts        Group S 2017